Alkemy forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -49%
Coffret Hot Wheels Monster Trucks Circuit de course + ...
Voir le deal
25.49 €

La Traque (nouvelle)

Aller en bas

La Traque (nouvelle) Empty La Traque (nouvelle)

Message par Invité Lun 23 Nov - 14:14

Quand le vieux sergent a brisé la jambe de la recrue à tête de fouine, j’étais presque satisfait, je ne l'aimais pas. Comme tout le monde j’étais persuadé qu'il avait belle et bien volé le bec-de-corbin fétiche de l'autre vieille carne. C'était une belle arme, même pour un noble, alors pour un pégu comme le sergent pensez donc!

On a laissé le gamin avec une gourde d'eau sous un abri rocheux le long de la route des caravanes. Un marchand Khaliman passerait par la à un moment ou à un autre.

C'était le matin du deuxième jour et nous devinions au loin la silhouette des deux falaises qui dessinaient le canyon, la végétation commençait a se raréfier. Nous quittions donc la route des marchands qui continuait vers l'ouest pour arpenter cette terre couleur rouille parsemé de touffes d'herbes sèches et de rares arbres biscornus . Un templier, deux novices, un sergent,  deux recrues, deux arbalétriers et deux chariots principalement chargés d'eau et de vivres. Cela semblait raisonnable pour affronter cet enfer.

Le soir venu, les deux ombres lointaines semblaient ne pas avoir bouger et pourtant derrière nous ce  paysage morne et uniforme rejoignais l'horizon. On entendait déjà les bruits de la nuit, proies et prédateurs sortant de leurs terriers, c'était le moment pour les arbalétriers de se rendre utile. Le reste d'entre nous finissais de monter le campement quand nous vîmes l'un d'entre-eux revenir vers nous comme une pucelle à la noce, l'autre était blessé et il n'avais pas eue la force de le trainer au campement. J'envoyais donc un novice ramasser cette tanche, j'avais demandé des hommes, pas des gamins sorties d'un quelconque trou boueux !

Mais ce que le novice me ramena n'était rien d'autre qu'un cadavre. D'après ses blessures le pauvre bougre avait du trébucher et s'éclater le crâne sur un rocher, après tout la nuit tombais vite par ici et les yeux mettaient du temps à s'y accoutumer.

On l'enterrait au matin et je refilais son arbalète au plus gras des deux recrues. Les gros c'est plus coriace, et j'avais besoin de deux arbalétriers.

Au troisième jour la végétation se raréfiait d' autant que ce foutu canyon semblait fuir, mais je vis peu après midi que sa couleur jusqu'ici grisâtre semblait se préciser: rouille comme le reste. Nous n'étions plus si loin a présent. Plusieurs fois ce jour là je vis du coin de l’œil les rares buissons environnant bruisser de ci de là. Il semblait toujours y avoir de la vie, du gibier, l'espoir d'un bon repas.

Exclamation (A suivre...)


Dernière édition par thibault le Mer 25 Nov - 15:48, édité 5 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La Traque (nouvelle) Empty Re: La Traque (nouvelle)

Message par Lucius Forge Mar 24 Nov - 9:30

Oulala ....


Tu veux une critique objective ou tu ne préfères pas ?
Lucius Forge
Lucius Forge

Messages : 91
Date d'inscription : 22/07/2020

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La Traque (nouvelle) Empty Re: La Traque (nouvelle)

Message par Invité Mar 24 Nov - 15:53

Lorsque les arbalétriers revinrent de la chasse ce soir là, l' hilarité fut générale, le gros qui la veille n'avait jamais tiré un carreau tenait six beaux lièvres et l'autre qui selon ses propres dires chassait depuis sa plus tendre enfance, n'en tenait qu'un. Les gars nous racontèrent leurs chasse tandis que l'on dépeçait les proies:
Nerveux, le gros tirait sur chaque buisson qui bougeait, et presque  à chaque fois ils y retrouvaient un lièvre empalé , comme ci  la providence avait guidé ses pas. Peu nous importait les chariots débordaient de grains, de fèves et d'oignons, qui jusqu'ici n'avait servis qu'au gruaux. Aussi j' autorisais des rations plus copieuses, et chacun pus se coucher le ventre bien rebondi , sauf un novice qui ce soir là renonçât a la chair par piété.

Je me réveillais dans ma merde au petit matin, et à peine me levais-je que je dégobillai a tout rompre. En tournant la tête je vis le vieux sergent, en chemise, le regard halluciné, et les boyaux qui lui sortaient du cul jusqu’à venir toucher terre. Sur sa couche  le gros gisait, des mouches aux commissures des lèvres et des paupières.

Seul le novice dévot et l’arbalétrier tenaient debout et ils étaient déjà affairés à aidés leurs camarades. De mon coté, je retrouvais juste assez de force pour me lever et après une courte prière soulager le vieux pour toujours.

Nous n'étions plus que cinq, et pûmes donc laisser la moitié de notre chargement sur place, ce qui laissait assez d'espace dans les chariots pour caser le second novice qui ne s'était pas encore remis. Son condisciple tirerait ce chariot, l’arbalétrier tirerait l'autre, moi même et la recrue restante étions suffisamment remis pour aller à pied, mais vers où ?

Le canyon n’était plus ci loin, abandonner à mi-chemin et rentrer avec la moitié de mes hommes c'était le déshonneur, de plus mes novices étaient vivant; eux seuls importaient.

Peu avant midi, nous nous engageâmes dans le canyon. C'était un monde à part, la température y était douce, des aires habitaient chaque niche haute de la falaise et une végétation courte mais bien vivace les niches basses.

Exclamation (A suivre...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La Traque (nouvelle) Empty Re: La Traque (nouvelle)

Message par Invité Mer 25 Nov - 15:47

C'est pendant une pause que l’arbalétrier vint me trouver, il me désignât du regard une corniche qui surplombait notre position; quelque chose dans un buisson reflétait le soleil. Dubitatif, je le renvoyais au chevet de la recrue.

Au court de l'après midi je senti mes forces me quitter, ma vision se troubler, ma tête s'alourdir. Nous dûmes dresser le camp bien plus tôt que les jours précédents, j’étais éreinté et la recrue que nous avions tracté a grand peine toute la journée était à l'article de la mort, le novice lui semblait résister, c'était déjà ça.

Personne n’allât chasser ce soir là, quelqu'un nous avais empoisonné, j'en étais certain. Le gros avait ridiculisé l'autre abruti, cet arbalétrier à la con. Tuer les gens à cinquante pas, il faut vraiment rien avoir dans le froc. C'était forcément lui. Et cette minable tentative de me faire voir un fantôme dans ce buisson. Sur une corniche aussi large que ma couche, perché a cinquante pieds, au milieu d'une falaise abrupte ? Il me prenait vraiment pour l'idiot du village.
Le poison une arme de lâche, sitôt remis j' aurai réglé le problème en duel. Avant de mourir il aura appris l'honneur !
Enfiévré, je m'endormis le ventre vide, sur une couche a moitié déplié, dont les effluves de chiasse me donnait la nausée.

La recrue ne passât pas la nuit, le novice malade replongea dans une fièvre délirante, et au matin j'allais juste assez bien pour remarquer que l’arbalétrier n'était plus là.
Fieffé félon.

Après avoir enterré la recrue, le novice dévot nous plaça sur un chariot, mais avec deux gaillards du temple et les provisions, celui ci était maintenant trop lourd pour être tiré par un seul homme. Toute la journée il fit de son mieux pour nous garder en vie, mais rien n'y fit; au soir je le vis creuser un nouveau trou et y porter le corps de son ami, celui avec qui il avait choisi de devenir un novice du temple, celui avec qui il avait entrepris de venir ici combattre les sauvages et prouver sa valeur.
Il pria, pleura, reboucha le trou. Étant a peine conscient, je ne pus rien dire, rien faire, j'enrageai.

La nuit tomba et la fièvre m'emporta. Je ne voyais plus que des ombres projetées par le feu de camp sur les parois rouges du canyon. Soudainement elles devinrent vives, dansantes, des cliquetis métalliques semblait les accompagner, et très vite tout s’arrêta.

Et le soleil revint, la brise du petit matin fut un bonheur, fraiche, moite elle caressai mon corps nu enfin défait de ce mal...
Mon corps nu ?!?
Pieds et poings liés a quatre piquets solidement ancrés au sol je contemplai mon incompétence:
A ma gauche le dernier de mes compagnons trônait empalé sur sa lance .
A ma droite la tête coupé de l’arbalétrier me contemplai langue pendante.
A mes pieds un sauvage à tête de corbeau, accroupi, me regardai fixement. Dans une main il tenait le bec de corbin du vieux sergent, de l'autre il me narguait avec un lièvre. Et ce salopard se mis à danser comme un ivrogne, à frapper le corps du novice avec son lièvre et son arme, à faire subir tout les outrages à la dépouille exposée, avant de s’arrêter net pour me regarder fixement un long moment.
Il n'était pas comme les autres sauvages que j'avais déjà tué. Ils étaient étranges, grotesques même, mais quand au combat je croisais leur regard, j'y voyais toutes les émotions que je m'attendais à y trouver.
Celui-ci avait ce regard perdu et inquiétant qu'on les vagabonds au cœur de l'hiver, quand le froid et la faim les pousseraient à égorger des familles entières si ils n'étaient pas si faible.
Lui n'était pas faible.
Bestial, aliéné, dégénéré ou simplement fou, pour sur il l'était, mais son corps était parfaitement sain et entrainé. J'allai crever comme les autres. Ces pauvres types qui m'avait suivi sans broncher, me faisant une confiance aveugle.
J'aurai bien pu crier comme un goret, de toutes façon c'était foutu.
Tout était foutu.

Fin.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La Traque (nouvelle) Empty Re: La Traque (nouvelle)

Message par Invité Mer 25 Nov - 15:59

Voila, n’hésitez pas a me donner votre avis en com.

Lucius si tu peu déplacer ton com sous celui ci je t'en serai gré.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La Traque (nouvelle) Empty Re: La Traque (nouvelle)

Message par nicoleblond Mer 25 Nov - 17:58

C’est marrant et plaisant. Y’a un style, et on ressent bien l’ambiance avalon en partie. Après, la fin, si je comprend bien, il s’est fait attraper par les aurloks. Si c’est bien ça, ça me fait bizarre de lire qu’un aurlok, qui sont pacifistes à la base, frappe (de surcroît avec un animal) sur un homme « piégé ». Pour le coup, ça colle pas trop avec l’esprit aurlok. Y’a juste ce truc là qui fait bizarre...
nicoleblond
nicoleblond
Admin

Messages : 390
Date d'inscription : 21/07/2020
Age : 49
Localisation : Marines (95)

Voir le profil de l'utilisateur https://alkemy.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

La Traque (nouvelle) Empty Re: La Traque (nouvelle)

Message par Invité Mer 25 Nov - 19:59

c'est un aurlock un peu particulier, il a pété un câble, j'ai un rushé la fin donc c'est pas forcément clair.
mais rassure toi j'ai une autre histoire a raconté qui clarifiera ce point.
là je voulais surtout me mettre du point de vue d'un templier pas bien finaud.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La Traque (nouvelle) Empty Re: La Traque (nouvelle)

Message par Lucius Forge Ven 27 Nov - 11:19

Thibault : Je ne peux ni déplacer ni supprimer mon commentaire. Nico tu peux supprimer mon premier commentaire ?

Je vais être plus critique parce que je trouve qu'il y a beaucoup de problèmes, notamment sur la forme.

- Le début est bien trop abrupt, surtout pour une nouvelle. Un peu de contexte permet de poser les bases du récit et de partir du bon pied. on a l'impression qu'il manque un événement dans le récit (Départ -> 1ere escale = le sergent se fait voler son bec de corbin -> suite qui constitue ton récit).

- L'orthographe et la syntaxe. Il y a des fois où ça pique les yeux.

- Certaines lourdeurs de style comme l'énumération de la troupe qui me semble superflue ou des répétitions de terme dans une même phrase.

- Il y a un gros décalage de niveau de langage pour le même personnage. Le narrateur raconte parfois avec un style soutenu (envolée lyrique) et parfois comme un pécore du fin fond de la campagne.

Certaines phrases sont vraiment tirées par les cheveux. Il y a un principe en écriture qu'il est bon de s'appliquer, même si ça fait mal : Tuez vos héros. En substance, cela consiste lorsqu'on a écrit une phrase qu'on considère comme parfaitement géniale à l'effacer et à recommencer. Parce que souvent c'est plus un plaisir d'écrivain qu'un propos qui sert réellement le récit. Exemple :

"Au troisième jour la végétation se raréfiait d' autant que ce foutu canyon semblait fuir, mais je vis peu après midi que sa couleur jusqu'ici grisâtre semblait se préciser: rouille comme le reste."

La phrase est trop longue, avec trop de précision "voulant faire bien". Toutefois c'est proche de l'incompréhensible et surtout ça ne ressemble pas au franc-parler du narrateur qui est très cash dans sa manière de décrire ce qui l'entoure. Pour la cohérence du personnage et du récit, ce genre de phrase pourrait mériter une réécriture.

---------

Au-delà de la forme qui mérite davantage de travail, j'ai trouvé le fond intéressant. L'histoire n'est pas spécialement originale et on se doute assez vite de ce qui se trame. Je pense que le "mystère" va un peu trop loin lorsque le narrateur accuse l'arbalétrier (on se dit qu'il est quand même un peu con parce que ça semble évident qu'il y a une cause externe à leurs problèmes). Mais bon, une bonne histoire n'a pas besoin d'être originale. Je trouve quand même dommage que le narrateur, qui semble être un guerrier avec une certaine expérience, ne se méfie pas plus que ça des événements qui surgissent : "oh il s'est fracassé le crâne, bon c'est normal il fait sombre". C'est un peu "gros" si tu vois ce que je veux dire. Mais une fois encore pour une nouvelle, ça passe.

Bravo à toi et je t'encourage à développer et retravailler cette nouvelle.
Lucius Forge
Lucius Forge

Messages : 91
Date d'inscription : 22/07/2020

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La Traque (nouvelle) Empty Re: La Traque (nouvelle)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum